Comment vérifier son immunité contre la varicelle : tests et indications

AccueilSanté de ferComment vérifier son immunité contre la varicelle : tests et indications

La varicelle est une maladie infectieuse courante, surtout chez les enfants. Elle est provoquée par le virus varicelle-zona (VZV). Une fois guéri, l’individu développe généralement une immunité à vie. Pourtant, la question se pose : comment savoir si on est immunisé contre la varicelle ? Des tests spécifiques permettent de vérifier cela. Nous verrons lesquels, ainsi que les indications à prendre en compte.

Comment vérifier son immunité contre la varicelle : tests et indications

Comment fonctionne l’immunité contre la varicelle ?

L’immunité contre la varicelle se développe généralement après avoir contracté la maladie. Pourtant, des exceptions existent. Certaines personnes ne développent pas une immunité complète et peuvent contracter la varicelle plus d’une fois. D’autres sont vaccinées sans jamais avoir eu la maladie.

Un test sanguin permet de vérifier si une personne est immunisée contre la varicelle. Ce test, appelé sérologie de la varicelle, mesure la présence d’anticorps spécifiques au VZV dans le sang. Les anticorps sont produits par le système immunitaire pour lutter contre le virus. Une présence élevée d’anticorps indique une immunité. N’hésitez pas à consultez un médecin pour en savoir davantage sur votre statut immunitaire !

Comment vérifier son immunité contre la varicelle : tests et indications

Pour vérifier l’immunité contre la varicelle, le médecin prélève un échantillon de sang qui sera analysé en laboratoire. Les résultats indiqueront si la personne a des anticorps contre le VZV et, par conséquent, si elle est immunisée ou non.

Ce test est particulièrement recommandé pour les femmes enceintes n’ayant jamais eu la varicelle ou dont le statut immunitaire n’est pas connu. En effet, la varicelle peut causer des complications graves chez le fœtus. Il est donc essentiel de vérifier l’immunité avant ou pendant la grossesse.

De même, les personnes immunodéprimées, comme celles atteintes du VIH ou recevant une chimiothérapie, devraient également vérifier leur immunité. Le virus de la varicelle peut être plus dangereux pour ces personnes, car leur système immunitaire est moins capable de combattre l’infection.

Ailleurs :   Accompagner les patients atteints d'Alzheimer dans les Landes : initiatives des pôles de santé

Enfin, le vaccin contre la varicelle peut également être envisagé pour prévenir l’infection chez les personnes non immunisées. Il est généralement administré pendant l’enfance, mais peut également être donné à l’âge adulte.

Quels sont les risques associés à la varicelle ?

Bien que la varicelle soit normalement une maladie bénigne, il existe des complications possibles dont il faut tenir compte. Dans de rares cas, il peut entraîner une pneumonie, des infections de l’oreille, une encéphalite (inflammation du cerveau) et le syndrome de Reye (une maladie rare qui provoque un gonflement du foie). Il existe également un risque d’infections bactériennes secondaires, telles que l’impétigo ou la cellulite. Ces complications sont plus probables chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et chez les très jeunes enfants. Ainsi, les personnes présentant un risque élevé d’infection et de complications associées devront discuter de leurs problèmes de santé à un médecin.

En somme, vérifier son immunité contre la varicelle peut aider à prévenir des complications graves. Que ce soit par le biais d’un test sanguin ou de la vaccination, il est essentiel de connaître son statut immunitaire. N’hésitez pas à consulter votre médecin pour obtenir des conseils adaptés à votre situation.